Pardonnez nos vésanies
ACCUEIL
Extrait
 Extrait de la nouvelle "Machina ex Deum" 

 Comment imaginer que je souhaite me prévaloir de ma propre iniquité ? J'enrage que certains soient capables de le penser ! On voudrait que je mente, que je reconnaisse quel-ques interventions illégales ? On m'assure que je ne serai pas pénalisé ! Voilà bien de fourbes promesses.  
Mais, ils ne parviendront pas à le prouver, car en vérité, je vous le dis, les évènements se sont enchaînés sans que j'intervienne ! Je ne me suis en aucun cas mêlé d'évolution. Cette matière m'indiffère, seule la finalité compte, les moyens présentent peu d'intérêt si le but est atteint. 
Je suis un artiste. Je pose, je sème, je regarde, je contem-ple. 
Et j'admire, voilà le plus important. 
En l'occurrence, le résultat est parfait. 
Cette fois, ma Bête est pathologiquement splendide : nue, difforme, chancelante.  
Laide, en un mot !  
Son physique est pitoyable, elle ne vaut pas un seul de ses compétiteurs animaux. Elle ne triomphe guère qu'en intelligence, l'unique cadeau auquel pour compenser les défauts dont je l'ai affublée. Parmi eux, deux attributs essen-tiels : l'égoïsme et l'hédonisme. Un mélange à rendre jaloux les alchimistes, ceux qui n'ont pas admis que le plomb n'aura jamais d'élasticité.  
Contre toute attente, c'est cette combinaison de chair et d'âme qui a triomphé des adversités qui auraient dû l'abattre ! Là, se trouve le secret de la réussite improbable. Là réside l'ingéniosité ! Leur association devient un hétérosis sans cesse renouvelé ! Un mélange à rendre jaloux les alchimistes, ceux qui n'ont pas admis que le plomb n'aura jamais d'élasticité !