Rencontre avec l'amour
NOUVELLES
© Marie-Pierre GAUTIER CHARENTE
Marine était une fan des musiques des années 70. 
Musique de sa jeunesse. 
Souvent traitée de ringarde par ses amis qui se disaient à la mode musicale du moment, elle finit par se retrouver seule. 
Les boîtes de nuits et les musiques cacophoniques actuelles n'étaient pas faites pour elle. 
Retranchée dans son monde elle semblait heureuse. 
Toutes les chansons romantiques de cette époque là lui ressemblaient. 
Celles qui la faisaient rêver à son prince charmant étaient RAMAYA et AFANANA du chanteur Afric Simone. 
Pour quelle raison, plus ses chansons que d'autres, elle ne le savait pas elle-même. 
Puisqu'elle ne comprenait pas les paroles. 
Un soir de décembre, alors quelle buvait un thé chaud dans " le bar de la place " avec son mp3 aux oreilles qui lui diffusait ses deux chansons préférées elle leva la tête au moment où un homme pénétra dans le bar. 
Le vent glacial qui entra en même temps que, lui, la fit frissonner. 
Il la regarda et lui sourit. 
Le bar était bondé de monde, il n'y avait qu'à la table de Marine qu'il restait de la place. 
Il s'approcha de celle-ci et lui demanda si cela ne la dérangeait pas s'il s'asseyait à sa table. 
Elle lui fit signe non de la tête, il sourit à nouveau et s'installa. 
Elle sentit ses joues devenir brûlantes comme quand on est trop près d'un poêle à bois. 
Elle avait peur que son visage soit rouge cramoisi, et fit tomber son stylo pour échapper au regard de l'étranger, mais celui-ci par politesse, se baissa et le lui ramassa. 
La jeune fille, d'une voix toute timide, lui dit un merci à peine audible, et elle se rendit compte que ce beau jeune homme à la peau couleur ébène, rougissait aussi. 
- Je me présente je m'appelle Franck. 
- Et moi je m'appelle Marine, enchantée monsieur. 
Puis elle finit son thé et décida de partir. 
Toute la soirée, et toute la nuit, elle pensa à cet homme mystérieux. 
De son coté, Franck pensait aussi à Marine, sa nuit fut agitée et il n'arrivait pas à trouver le sommeil. 
 
Quelques jours passèrent et chacun de leur coté pensait à l'autre. 
La folie des fêtes de fin d'année prit le dessus sur leurs questions. 
De retour dans la grande ville pour finir les derniers achats, elle passa vite fait au bar de la place, juste histoire de boire un petit thé, se disait-elle. 
Mais elle se surprit à regarder, à scruter la salle de sont regard, et un peu triste, elle repartit continuer ses emplettes. 
Quelques heures plus tard…. 
Marine venait de terminer ses courses pour les fêtes, quand voulant prendre le bus, elle se rendit compte qu'il était parti depuis plus d'une demi-heure, elle habitait à plus de 20 kilomètres de la ville, en pleine campagne. 
La neige tombait depuis plus d'une heure maintenant, et on n'y voyait pas à deux mètres, elle appela un taxi, mais celui-ci refusa de la prendre à cause des chutes de neige. 
Il se faisait tard, donc elle décida de faire le trajet à pieds. 
Avec ce temps elle se doutait bien quelle n'arriverait pas chez elle avant minuit voire 01h00 du matin. 
La distance ne la souciait pas trop, elle avait surtout peur d'être agressée, mais elle n'avait pas d'autres choix, que de continuer. 
Elle arriva chez elle aux alentours de 00h30, elle était frigorifiée, et épuisée, mais se dit :  
"Je ne regrette pas d'avoir acheté ces après-ski, finalement." 
De son coté, Franck montait dans sa voiture pour partir vers Marseille où il avait son frère, ils allaient passer les fêtes ensemble. 
Marine avait posé ses achats en vrac dans le salon et s'étant allongée pour boire son thé et finalement s'était endormie. 
Vers 4h du matin, on sonna et tambourina à sa porte. 
Elle se leva, et s'approcha. 
Qui pouvait bien frapper à sa porte à cette heure-ci, surtout qu'en temps normal personne ne venait la voir ni même ne lui téléphonait. 
Elle regarda par le judas optique, mais ne vit rien, l'ampoule avait encore grillé. 
Prenant son courage à 2 mains et son couteau de chasse de collection, elle ouvrit la porte. 
Et là son cœur se mit à battre la chamade. 
Il était là, devant elle, l'homme du bar. 
Celui qu'elle avait cherché inconsciemment plus tôt dans la journée. 
De son coté Franck était très surpris de la voir. 
-Excusez-moi de ... 
Marine vit son visage couvert de sang, elle le fit vite entrer, et s'occupa de lui. 
 
-Je vais vous faire des points de suture, ne vous en faites pas, j'ai mon diplôme d'infirmière. 
 
Elle le soigna et l'installa prés de la cheminée avec une tisane bien chaude et une grosse couverture. 
La fatigue les emporta dans les bras de Morphée, et tous deux s'endormirent sur le canapé. 
Marine se réveilla la première, elle voulut téléphoner au docteur mais la ligne était coupée, plus d'internet non plus ni de téléphone portable, ils étaient isolés du monde, elle regarda dehors il y avait plus d'un mètre de neige et ça tombait toujours autant. 
Elle savait qu'elle ne verrait personne au moins pendant une semaine, car ils déblayaient avant tout les grands axes, et elle était sur une route secondaire, qui en plus, était mal signalée sur les panneaux. 
Pendant que son invité d'infortune dormait, elle se décida à préparer le repas du midi. 
Franck se réveilla enfin. 
Marine lui porta un plateau pour son petit déjeuner. 
Ils se regardèrent un moment, puis Franck sourit à sa belle. 
Pas un mot, que ce soit du coté de Franck comme celui de Marine. 
Ce calme qui régnait dans la maison, en disait plus que n'importe quelles paroles. 
Ils se sentaient bêtes, mais ne pouvaient rien y faire. 
Leurs visages étaient rouges, les yeux dans les yeux, ils s'approchèrent l'un de l'autre, et s'embrassèrent. 
 
Soudain une petite voix vient couper cet instant de rêverie, et dit :  
- Maman, c'est L'histoire de papa et de toi que tu me racontes ? 
La maman, regarda sa petite fille et lui sourit. 
- Oui ma puce, c'est notre histoire, la première fois que l'on s'est rencontré. Et tu sais, ton papa et moi, on s'aime comme au premier jour, c'est mon plus beau cadeau de Noël. Et comme toi, vous êtes les amours de ma vie. 
Ils s'embrassèrent tous les trois et se souhaitèrent un joyeux Noël..