SDF (Seule dans le froid)
NOUVELLES
© Marie-Pierre GAUTIER CHARENTE
Tania, 90 ans, va faire quelques achats pour les fêtes, car ses enfants, petits enfants et arrière petits enfants vont venir passer les fêtes de fin d'année pour la dernière fois dans la demeure ancestrale. 
Neuf générations se sont suivies, mais la vente de la demeure est prévue pour le mois de mars, elle ira vivre chez sa fille aîné. 
L'hiver s'annonce rude, une fois les achats finis, elle rentre chez elle. 
Alors que le bulletin météorologique annonce de violentes chutes de neige, la livraison de son bois a pris beaucoup de retard. 
Mais il lui reste quelques bûches qui devraient lui permettre d'attendre la fin de la semaine en faisant attention, la livraison devrait se faire ensuite. 
Ce n'est pas la première fois que cela arrive et Tania ne se fait pas plus de soucis que ça. 
 
Elle commença à préparer sa soupe quand soudain la porte d'entrée s'ouvrit violemment. 
Des trombes de neige et un vent violent venaient de s'abattre sur la région. 
Elle referma la porte, mit une bûche dans la cheminée et commença à préparer le repas. Pour ce Noël, Thomas, le SDF qui venait depuis deux ans passer les fêtes de fin d'année chez elle ne serait pas là, car il était décédé pendant les grosses chaleurs de l'été passé. 
Le Noël passé, elle lui avait même préparé une chambre pour qu'il puisse au moins une dernière fois vivre de vrais fêtes de fin d'année, elle ne savait pas que ce serait ses dernières fêtes, il était reparti en mars, car par la suite elle lui avait installé une chambre dans la grange, pour qu'il puisse dormir à l'abri et attendre la belle saison. 
 
Aujourd'hui elle attend sa famille. 
Soudain le téléphone sonna...  
C'était sa fille aînée qui l'appelait pour la prévenir qu'ils ne pourraient pas être présents pour Noël, car la neige bloquait pas mal de route déjà. 
-On fera de notre mieux, maman, mais je ne te garantis rien. 
-Ne t'en fais pas ma grande et surtout soyez prudent. 
 
Elle raccrocha le téléphone puis entendit un grand bruit. 
Tania regarda par la fenêtre et vit la ligne téléphonique couchée au sol. 
Elle testa le téléphone, mais il n'y avait plus de tonalité. 
 
Enfin, elle finit de préparer le repas, les heures s'écoulaient lentement, mais toujours aucune nouvelle de sa fille. 
Tania en conclut qu'elle ne les verrait pas pour Noël, certainement ils étaient restés chez eux ou au pire réfugiés dans un hôtel. 
Elle se servit une assiette de soupe et ensuite s'installa dans le fauteuil pour regarder la télévision. 
 
Elle se sentait très fatiguée, il ne lui restait plus que trois bûches pour la cheminée. 
Le froid mordant de dehors, eu raison des quelques rondins de bois qu'il lui restait. 
 
Le vent se mit à souffler encore plus violemment, Tania ferma la porte à clef et plaça, la barre transversale pour renforcer celle-ci. 
Épuisée, elle se réinstalla dans le fauteuil et finit par s'endormir. 
 
Un bruit retentit dans la maison et une douce chaleur y régnait, elle ouvrit les yeux et vit le cadre de son défunt mari tout illuminé. 
Elle se redressa et là, devant elle, se dressait un homme à la chevelure blonde et aux yeux d'un bleu profond, c'était Evans, son tendre époux. 
Il lui tendit la main et lui dit : 
-Enfin réunis ma chérie, viens avec moi. 
Tania lui donna la main et les deux amoureux se prirent dans les bras l'un de l'autre. 
Puis elle regarda ses mains, ensuite son visage, elle avait 20 ans, l'âge à laquelle les deux amants s'étaient rencontrés. 
Enfin, unis pour toujours, ils quittèrent ce monde. 
 
Trois Jours plus tard, la famille arriva chez Tania, accompagnée de la police. 
Celle-ci ne répondait pas au téléphone et cela inquiétait sérieusement la famille. 
Elle était allongée sur le fauteuil, sourire aux lèvres, dormant de son dernier sommeil. 
Un doux parfum de fleurs régnait en ses lieux. 
 
Sa fille, les larmes aux yeux, regarda la photo qu'elle connaissait si bien de son père, elle aurait juré que ses parents n'étaient pas ensemble avant, là ils étaient côte à côte sourire aux lèvres. 
 
Et en signature au bas du cadre, pour notre fille que nous aimons.