Le capitaine
POEMES
© Jean-François COUBAU 
Tu es né le long d'un grand fleuve d'Afrique 
Quand la France était une chose magique 
Quand la première guerre mondiale éclata 
Dans les troupes coloniales tu arrivas. 
 
Et tu te battis avec un grand courage 
La France était aux prises avec des sauvages 
Et lorsque l'armistice fut enfin sonné 
Tu étais sergent et allais te reposer. 
 
Vingt ans plus tard, tu dus reprendre les armes 
Car la France allait encor verser des larmes 
Comme vétéran tu étais capitaine 
Pour aller combattre l'horreur et la haine. 
 
Tu résistas et te battis farouchement 
Et tu devins la gloire de ton régiment  
Sacrifiant tes soldats et ta personne 
Pour permettre aux autres de franchir la Somme. 
 
Fait prisonnier par les soi-disant " bons Aryens " 
Qui n'étaient finalement que des bons à rien 
Ils ne voulurent pas voir en toi l'officier  
Ils ne t'appliquèrent pas le droit coutumier. 
 
D'une balle dans la tête ils te tuèrent 
Sous les chenilles d'un char ils t'écrasèrent 
Car tu étais un noir, un non européen 
Et le seul officier français et africain 
 
Sur cette terre de l'Est que tu as aimée 
Sur laquelle tu as été assassiné 
Un monument rappelle ce qui s'est passé 
Pour le capitaine Charles N'Tchoréré