Le fauteuil
POEMES
© Corynn THYMEUR
C'est avec ses deux pieds que l'on crée son voyage. 
Moi, ce sont mes deux mains, bien calées sur les roues, 
Qui avancent toujours et poussent dans la boue 
Sur les routes, les chemins, vers de beaux paysages. 
 
Passant, me faufilant, glissant sous les branchages, 
Je surprends la mésange et l'œil rond du hibou, 
La première primevère sous son feuillage roux, 
Un chevreuil ou un faon, tout un monde sauvage. 
 
Je vais par des sentiers où se perd mon fauteuil 
Pour voir les animaux, renards ou écureuils 
Et ouvrir grand mon nez aux sons de la nature. 
 
Lorsqu'un jour, m'éveillant, me prend soudain l'envie 
De faire un petit saut vers la grande aventure, 
Je saute sur mon siège et souris à la vie.