Plume de rue
POEMES
© Corynn THYMEUR
Tu promènes tes guêtres sur les trottoirs de France. 
Ils sont devenus quoi, les rêves de ton enfance ? 
La lumière des poètes illumine ton regard 
Et tes yeux délavés ne se posent nulle part. 
 
Te serais-tu trompé de siècle à naître ici ? 
Ton romantisme dru m'incite à penser oui. 
Le 19ème troublé de passions, de plaisirs, 
Semble être pour toi le siècle des désirs. 
 
Ta plume si légère, mais tellement assassine, 
Balafre sur la feuille des idées qu’elle dessine 
Pour les gens bien pensants comme pour les bâtards, 
À grands coups de poèmes clamés par un clochard. 
 
Pauvre plume de rue au ventre affamé, 
Dont l’accent parisien hurle des vérités 
Que personne n’écoute, détournés par la peur 
De voir la pauvreté, mais aussi la douleur. 
 
L’étranger que tu es, écorché de la vie, 
S’efforce par des mots d’assurer ta survie. 
Mais dans tes yeux je vois que la vraie qualité 
De la rue est pour toi de vivre en Liberté.